Dois-tu vraiment avoir de bonnes résolutions ?

Dois-tu vraiment avoir de bonnes résolutions ?

Chaque début ou fin de quelque chose ( d’année, fin d’année, début de vacances, rentrée), j’entends le discours trop souvent coupable des bonnes résolutions….  » Cette année, régime! », « J’arrête de fumer »,  » je fais du sport », considérations ancrées dans le réel ou plus immatérielles parfois,  » cette année, je le quitte »,  » j’arrête d’être timide », « je vis ma vie ». Il est bien difficile de tenir ces beaux projets. Mais pourquoi?

Petit exemple. Tu aimes (trop) manger (ne t’en fais pas, moi c’est pareil), tu sais que ce n’est pas raisonnable. Comment serait-il possible d’envisager un régime qui s’apparenterait dans ton imaginaire à une forme d’ascétisme, aussi bien gourmand que moral? La nourriture ne représente que rarement votre carburant physique pour vivre. C’est le plaisir du partage en famille, entre amis, votre rapport à mamie Huguette, votre gâteau-consolation des jours de pluie, votre cornet de glace du dimanche ensoleillé. Ainsi la nourriture comme ta cigarette est associée à un monde imaginaire de plaisir et de réconfort. Devenir (trop) raisonnable reviendrait au mieux à renoncer aux cortèges de doux plaisirs associés à ta gourmandise. Au pire, ton esprit te siffle à l’oreille que tu es en train de devenir un vieux con, plus rock’n’roll pour un sou, et que bientôt tu te surprendrais à manger des brocolis cuits à l’eau de Vichy dans un peignoir en pilou-pilou devant Canteloup après le jt. Le régime n’existe pas. Il faut avoir compris ces liens émotionnels pour pouvoir manger comme on le voudrait et sans excès

Ta cigarette porte aussi ce plaisir… Avec ton journal et café , seul(e) dans ta voiture le matin, en soirée avec tes potes.

Le « demain, j’arrête » est probablement la meilleure façon d’attiser le désir. Sois sympa avec tes michettes, la vie n’est pas aussi simple que de s’y donner un grand coup de pied pour cesser de subir un plaisir coupable. D’une part, parce que tu l’aimes autant qu’il te fait souvent braire. D’autre part, parce qu’il va falloir « dépassionnaliser » ce plaisir pour pouvoir être libre d’y céder ou non. Bien entendu, personne ne peut le faire à ta place, mais, ce n’est pas une raison pour te torturer.

Si tu aimes fumer, il y a peu de chance que tu arrêtes de fumer car c’est  » mauvais pour ta santé ». Le jour où la cigarette te dégoûtera profondément, l’envie de fumer s’estompera d’elle-même.

La meilleure résolution pourrait être de ne pas en prendre, de te laisser le temps de vivre et de laisser les choses se faire.

Allez, on se fait la bise.

Lisenn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s