Sommes-nous à l’ère de la déresponsabilisation?

Sommes-nous à l’ère de la déresponsabilisation?

Nous sommes bien d’accord, le pervers narcissique/ manipulateur, existe vraiment. Ceci établit, nous allons causer un peu.

Je commence à ressentir cette furieuse impression qu’à chaque fois qu’une relation amicale/ amoureuse/ professionnelle ne se passe pas au mieux: nous serions face à une relation toxique ou à un pervers narcissique.

Manipulateur, nous le sommes tous parfois à certains moments de nos vies. C’est une adaptation humaine naturelle et pas forcément pathologique si elle s’exerce de façon légère. Dès qu’une relation s’arrête, sommes-nous désormais condamnés à la dire comme toxique/ malsaine ou pathologique?

Où est passée cette fabuleuse notion que l’on serait co-responsable d’une situation? Je l’entends tous les jours en tant que professionnelle et il m’arrive d’y être confrontée dans ma vie personnelle. C’est l’autre qui est méchant.

Moi qui ne suis pas une super fan d’Onfray, me voilà désormais dans une position où je suis d’accord avec lui, il n’y a plus d’adultes. Devenir adulte n’est plus valorisé par la société. Du coup, aujourd’hui c’est toujours la faute de l’autre. Cet oppresseur violent et despotique qui choisirait et nous ferait subir les pires tourments.

Allons, chaque fois qu’une relation dans ma vie s’est arrêtée , j’étais autant responsable que l’autre de la situation. Je suis stupéfaite de voir à quel point ce mouvement de remise en question est devenu rare presque honteux. Serait-ce alors un signe de faiblesse que d’avouer ses propres torts?

Le King of the best of the top est la fameux bouc émissaire. Cette manie est contagieuse et possiblement déplaçable pour sauver la réputation de l’autre, quand quelqu’un ne se comporte pas avec nous comme on le voudrait, ça peut aussi être la faute d’un tiers, le méchant qui déciderait à sa place et ainsi ferait subir à tous son terrible dessein.

Dans la majorité des cas, nous ne sommes pas forcément dans des relations toxiques, juste dans des évolutions différentes que ce soit temporairement ou définitivement. Douloureux, oui … Grave, non. Chacun fait ses propres choix et il ne subit pas forcément celui de l’autre. Nous ne sommes plus des enfants. Nous pouvons choisir nos voies, nos destins, nos proches, nos loisirs, nos potes…

En même temps, dur d’assumer quand on voit à la télé nos hommes politiques avoir des phobies  » administratives  » ( pauvre choupi), ou tromper madame dans des portes cochères ( c’est elle la mégère faut le comprendre).

Et si on devenait enfin à nouveau acteur de nos vies et de nos choix ?

La bise.

Lisenn

 

3 réflexions sur “Sommes-nous à l’ère de la déresponsabilisation?

    1. Bonsoir Florian,
      Pour continuer à le faire, il fallait savoir faire dans le désinvestissement. Ce qui n’est pas à ma portée. Pourtant, on sait qu’aujourd’hui, il serait attendu de nous que l’on sache se morceler. Ce n’est vraiment pas mon truc haha.
      On boira un verre à la fortune des gens monotâches.
      Bonne soirée

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s